L'abbaye escarpée, poussée là-bas, loin de la terre, comme un manoir fantastique, stupéfiante comme un palais de rêve, invraisemblablement étrange et belle (Guy de Maupassant)

vendredi 10 juillet 2015

D'Avranches à Bas-Courtils
dimanche 28 juin 2015

Départ d'Avranches en milieu de matinée pour une étape de 20 kilomètres, sans montées ni descentes car au niveau de la mer en permanence, avec une vue permanente sur la baie du et, sauf lorsque le sentier nous mène tout au fond de la baie (à Pontaubault), une vue sur le Mont et l'îlot de Tombelaine.

Dans la baie du Mont Saint-Michel
Sur les bords de la Sée, baie du Mont Saint-Michel
 Le chemin emprunte des petites routes proches du rivage ou carrément entre après franchissement de barrières (à refermer soigneusement...) dans les herbus, ces vastes prairies inondées lors des grandes marées sur lesquelles paissent des moutons dits de prés-salés. La végétation halophyte (adaptée aux milieux salés) de ces prairies mangée par les moutons confère à la chair de ceux-ci un goût particulier. Nous passons près de l'aérodrome d'Avranches au bord de la baie où se déroule une fête aérienne avec baptême de sauts en parachute.

Après les vaches normandes, les moutons de prés-salés
Le chemin longe d'abord la Sée, puis la Sélune à partir de Pontaubault sur les bords de laquelle, dans cette ville - après avoir franchi le pont qui enjambe le fleuve - nous pique-niquons sur une aire aménagée où de nombreuses familles se sont données rendez-vous en ce dimanche chaud et ensoleillé. Ce pont sur la Sélune à Pontaubault ne fut pas détruit par les Allemands pendant la guerre ce qui permit en juillet 1944 au général américain Patton de faire passer ses troupes de Normandie en Bretagne. 

Vue depuis la pointe de la Roche Torin
Le pont du général Patton, à Pontaubault
Nous nous installons pour manger auprès d'une dame, seule, qui nous parle de tous les pèlerinages, avec l'évêque d'Avranches ou sans lui, auxquels elle participe. Puis nous poursuivons notre chemin, un moins agréable que le matin car empruntant alors plus de (petites) routes goudronnées sillonnées de quelques voitures. Après un arrêt à la pointe de la Roche Torin, site remarquable (?) repéré sur les cartes, nous atteignons Bas-Courtils en marchant sur les herbus, un plus longuement que nous aurions dû, la faute une fois de plus à Google Maps.

L'accueil à la chambre d'hôtes est impersonnel et manque de chaleur ; ici, malgré la concurrence en matière d'hébergement, compte tenu du nombre de visiteurs qui se rendent au Mont Saint-Michel, il n'y a pas de nécessité à être accueillant. Faire le plein ne pose pas de problème.

Le soir dîner au Manoir, simple et bon, et tarif pas excessif ; service très aimable.

Voir les photos de l'étape d'Avranches à Bas-Courtils.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Laisser ici vos commentaires et appréciations