L'abbaye escarpée, poussée là-bas, loin de la terre, comme un manoir fantastique, stupéfiante comme un palais de rêve, invraisemblablement étrange et belle (Guy de Maupassant)

vendredi 10 juillet 2015

D'Alençon à Livaie
mardi 16 juin 2015

C'est sous un ciel bleu et un soleil radieux que je quitte Alençon par le Nord et traverse Damigny. De bon matin, les martinets volent en escadrille poussant des cris stridents dans la ville ; leur succède, à peine une heure plus tard, dans la campagne normande, une fois franchi le pont sur la nationale douze, le chant aérien des alouettes.
Me voici vraiment lancé ! Et déjà s'annonce la forêt d'Ecouves massif forestier qui fait partie du parc régional Normandie-Maine et couvre 15 000 hectares dont plus de la moitié en forêt domaniale.

Pause déjeuner à Saint-Nicolas-des-Bois : petit village (273 habitants) au milieu de la forêt, belle église.

Sur ma gauche, se rapproche au fil de la marche une colline domine le paysage : la Butte-Chaumont (au singulier) un des points hauts de la Normandie qui culmine à 378 mètres. 


La Butte-Chaumont (378 mètres)

Une borne au carrefour des Arcis
... et un séquoia
Au carrefour des Arcis : anciennes bornes de signalisation en granit un peu antérieures à la Révolution. La forêt d'Ecouves en possède 80, classées à l'inventaire des monuments historiques.  A ce même carrefour se dressent de magnifiques séquoias.

Vers 16h00, j'arrive à La Baudrière hameau de la commune de Livaie (198 habitants) à la maison de la chambre d'hôtes sise un cadre magnifique. En attendant la propriétaire  - qui m'a fait comprendre assez sèchement au téléphone que j'avais dit arriver à 18h00 et à qui je rétorque que voyageant à pieds j'avais mal estimé mon temps de parcours - en les attendant, je parle avec une jeune fille et une vieille dame, sa grand-mère malade souffrant d'une grave insuffisance rénale et devant être dialysée quotidiennement, deux personnes tout à fait aimables qui louent une maison appartenant à la propriétaire et à son mari et disent se reposer, profiter du calme et de la beauté de l'endroit.

Si la chambre est tout à fait correcte, grande, propre et calme, la qualité du repas servi le soir n'est pas vraiment en rapport avec le prix demandé. Mais après une étape de 23 kilomètres, et sans autre table alentour à une distance raisonnable (à pieds), a-t-on le choix ? sauf à prévoir un pique-nique... Un peu de concurrence dans les alentours pourrait ne pas faire de mal ; mais le marché existe-t-il ?

Voir les photos de l'étape d'Alençon à Livaie.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Laisser ici vos commentaires et appréciations