L'abbaye escarpée, poussée là-bas, loin de la terre, comme un manoir fantastique, stupéfiante comme un palais de rêve, invraisemblablement étrange et belle (Guy de Maupassant)

vendredi 10 juillet 2015

Choix des étapes et préparation

Le choix des étapes, c'est-à-dire des villes, villages ou hameaux de départ et d'arrivée, a tenu compte des hébergements disponibles et des distances à parcourir ; je ne visais pas à un exploit sportif, tout en sachant que marcher plusieurs jours d'affilée pouvait être physiquement éprouvant. Sur ces bases, j'ai tout d'abord préparé - sur le papier - un projet étalé sur deux semaines avec des étapes dont la distance de chacune allait de 17/18 kilomètres à 25/30 kilomètres, en me ménageant au cours des quinze jours - comme les coureurs du Tour de France - deux étapes de repos, c'est-à-dire deux journées où je stationnais dans la ville-étape.

Entre la mi-mars et la mi-avril, j'ai recensé dans le topo-guide du GR22 et sur des sites Internet (Tourisme dans l'Orne, Tourisme dans la Manche, Gites de France en Normandie) les hébergements (petits hôtels, chambres d'hôtes, gîtes) susceptibles de pouvoir m'accueillir. Toutes les personnes que j'ai contactées par téléphone pour des réservations ont été avenantes et, lorsque je les ai rencontrées "sur le terrain" en juin, j'ai apprécié cette gentillesse et cette chaleur humaine que j'avais ressenties pendant la préparation de ma balade.
Pour confirmer mes réservations, je pensais devoir avancer le paiement, faire des courriers ; or, dans beaucoup d'endroits, la parole donnée a suffi.

A la fin du mois d'avril, les étapes et l'agenda de la marche étaient fixés : départ lundi 15 juin pour Alençon ; début de la marche sur le GR22 mardi 16 juin et arrivée prévue au Mont Saint-Michel lundi 29 juin - arrivée avec Clorinde qui allait me rejoindre à Avranches samedi 27 juin !

Parallèlement, la préparation de mon équipement pour partir a requis beaucoup d'attention : quel volume pour le sac à dos et quoi emporter pour qu'il ne soit pas excessivement lourd ? Là aussi, j'ai beaucoup consulté de sites Internet où des marcheurs longue-distance expérimentés donnent des conseils (un exemple parmi d'autres : Les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle).

D'autre part, même si je ne concevais pas cette randonnée comme un exploit sportif, un minimum de mise en condition physique était indispensable. Le temps en avril et de la mi-mai à la mi-juin 2015 a été très favorable, globalement beau et pas trop chaud ; j'ai régulièrement marché 10/12 kilomètres par jour dans Paris et effectué, une fois par semaine, une randonnée d'au moins 20 kilomètres, à un rythme "soutenu", en région parisienne : forêt de Sénart, canal de Saint-Denis et bords de Seine, boucles de la Marne, forêt de Chantilly, canal de l'Ourcq, etc.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Laisser ici vos commentaires et appréciations